AVEZ-VOUS PEUR D'ACHETER UNE MAISON?

Je viens de lire une dépêche de La Presse canadienne qui rapporte que le niveau d'endettement des Canadiens atteint un nouveau sommet. Encore. Cette nouvelle ne doit pas être difficile à écrire. On nous a annoncé la même nouvelle le trimestre dernier. Et le précédent. Et celui d'avant... Il n'y a que le chiffre qui change.

Le taux d'endettement des particuliers est maintenant de 163,3 %. Autrement dit, on doit 1,63 dollar sur chaque dollar gagné. Est-ce que ça m'énerve ? Beaucoup moins que certains, comme je l'ai déjà écrit sur mon blogue.

Tant que les prix de l'immobilier resteront au niveau actuel, il ne pourra pas en être autrement. Chaque nouvel acheteur qui entre dans le marché de l'immobilier fait gonfler cette statistique. On peut difficilement acquérir une maison sans une hypothèque importante. Pour renverser la tendance, il faudrait que les locataires n'aspirent plus à devenir propriétaires. Ou que les prix de l'immobilier s'effondrent. Ou les deux. Est-ce une solution ?

De plus, les conditions du marché de l'emprunt demeurent exceptionnelles. Les taux d'intérêt sont si bas que les maisons ne sont pas moins abordables qu'il y a 25 ans, alors que les taux d'intérêt dépassaient encore les 10 %. Ceux qui ont acheté pendant les années 1990 et 2000 ont profité d'un contexte extraordinaire, c'est vrai, mais ceux qui deviennent propriétaires maintenant sont en bien meilleure position que ceux qui entraient dans le marché immobilier en 1990.

Évidemment, si les taux d'intérêt devaient monter soudainement, la donne pourrait changer. Il est évident que les ménages qui ont utilisé la totalité, ou presque, de leur capacité d'emprunt se retrouveraient dans une situation intenable. C'est connu : les banques ont tendance à offrir plus de corde qu'il n'en faut pour se pendre.

Je ne découragerais pas un jeune ménage d'acquérir une maison pour élever sa famille, même si les perspectives d'enrichissement à court terme paraissent minces. L'immobilier reste une bonne manière d'accumuler un actif à long terme.

Vous êtes de ces aspirants propriétaires ? Gardez la tête froide et restez prudent ; il est facile de se laisser emporter par l'enthousiasme quand on part à la recherche d'une maison. Fixez-vous des limites tout en conservant une marge de manoeuvre. Calculez votre capacité d'emprunt avec des scénarios de hausse de taux d'intérêt. Tentez d'accumuler une bonne mise de fonds avant de plonger. Ne perdez pas de vue que le coût d'une maison dépasse largement son prix d'achat.

SOURCE: Offert par Les affaires plus, DANIEL GERMAIN

http://www.lesaffaires.com/blogues/daniel-germain/faut-il-avoir-peur-d-acheter-une-maison/577602

Par CLAIRE HERARD