On remarque une tendance depuis quelques années. Les entrepreneurs immobiliers cherchent à compacter les propriétés. Les terrains sont plus petits, tout comme la superficie des maisons et des condominiums. Bien qu’on puisse y voir certains inconvénients, il est important de mettre de l’avant le positif. Car il y en a beaucoup!

Lorsqu’on se promène dans les plus vieux quartiers des villes, on remarque bien souvent que les résidences se trouvent sur des terrains plus vastes. Dans les nouveaux développements, c’est souvent le contraire : il y a peu d’espace entre chaque bâtisse et la superficie habitable est restreinte, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Une tendance qui ne devrait pas s’essouffler en raison de la densification du territoire et de l’augmentation des coûts des terrains.

 

Les multiplex et les immeubles à condos risquent d’être encore plus populaires dans le futur pour répondre aux normes environnementales.

Les multiplex et les immeubles à condos risquent d’être encore plus populaires dans le futur pour répondre aux normes environnementales.

 

Les condos n’y échappent pas!

Au courant des 20 dernières années, les promoteurs ont réduit la grosseur des unités de condominium, principalement à Montréal. Selon JLR, la taille médiane des copropriétés construites entre 2000 et 2004 sur l’île était d’environ 1000 pieds carrés. De 2015 à 2018, la taille moyenne avait chuté à 740 pieds carrés. Ce qui représente une réduction de 25 % sur une période de 15 ans. Malgré cette baisse de superficie habitable, il est totalement possible de vivre heureux! 

 

Avantage 1 : pallier la pénurie de logements

En ville, le fait de rapetisser les maisons unifamiliales ou les unités de condos est positif d’un point de vue sociétal. On sait qu’il y a une pénurie de logements dans les grands centres et il est primordial de trouver des solutions. À Montréal, on trouve même plusieurs unités qui ne comptent que 250 pieds carrés, des microcondos qui ne contiennent que le strict nécessaire. 

 

Une plus petite maison exige souvent moins d’entretien, ce qui laisse davantage de temps libre et d’argent dans les poches.

Une plus petite maison exige souvent moins d’entretien, ce qui laisse davantage de temps libre et d’argent dans les poches.

 

Avantage 2 : permettre aux ménages de réaliser des économies

Plus il y a de pièces dans une maison, plus il faut débourser pour les meubler et les décorer. D’ailleurs, la capacité de rangement d’une résidence va souvent en fonction de sa superficie. Ainsi, il est facile de réduire sa consommation matérielle lorsqu’on habite dans une plus petite résidence. On réalise donc des économies sans s’en rendre compte!

 

Avantage 3 : avoir davantage de temps libre

L’entretien d’une maison est proportionnel à sa dimension. Même si on parle de quelques pieds carrés de moins, ce point n’est pas négligeable. Le ménage, les réparations, le déneigement, la collecte de feuilles mortes… la liste est longue! Une résidence moins grande permet donc à ses propriétaires de profiter davantage de la vie (à moins bien sûr d’engager des gens pour les tâches reliées à l’entretien.

 

En collant davantage les maisons unifamiliales dans les nouveaux quartiers, on permet de conserver davantage d’arbres matures.

En collant davantage les maisons unifamiliales dans les nouveaux quartiers, on permet de conserver davantage d’arbres matures.

 

Avantage 4 : réduire son empreinte écologique

Les nouveaux quartiers écologiques qui se forment au Québec tentent de répondre à plusieurs critères, dont celui de loger le plus de gens possible dans une même superficie. Ainsi, on coupera moins d’arbres et on utilisera moins de matériaux de construction pour créer les milieux de vie. De cette façon, on réduit l’empreinte carbone du secteur. Un plus pour la planète!

 

Petites ou grandes propriétés, il y a des avantages et des inconvénients dans tous les types d’habitation. Choisissez votre maison selon vos besoins et valeurs… et vous ne serez jamais déçus!

SOURCE: MON COIN DE VIE/REMAX QUEBEC.

https://moncoindevie.com/fr/article/baisse-de-la-superficie-habitable-des-maisons-et-si-cetait-avantageux-351

Par CLAIRE HERARD