C’est officiel: le marché d’acheteurs est arrivé. Bien que ce renversement de situation puisse être amer pour les vendeurs, c’est une excellente nouvelle pour les acheteurs qui ont enfin l’occasion de mettre la main sur la maison de leur rêve à un prix moins concurrentiel qu’au cours des dernières années.

Examinons certaines données clés qui prouvent que le marché d’acheteurs est bien réel.

Baisse du prix d’achat médian

Le 7 septembre dernier, la Banque du Canada a de nouveau relevé le taux directeur de trois quarts de point pour le faire passer à 3,25%. La dernière hausse remontait au 13 juillet 2022 où le taux a augmenté d’un point de base.

L’incidence de la hausse de juillet s’est déjà fait sentir : à la lumière des données recueillies pour le mois d’août (donc, le mois suivant), nous observons clairement un changement important sur le marché. Il est donc juste de dire que le marché d’acheteurs est bel et bien arrivé.

Le principal indicateur repose toutefois sur le fait que le prix moyen des maisons a de nouveau chuté pour un troisième mois consécutif. Le prix moyen est maintenant à son plus bas niveau annuel, soit 440 000 $. Il s’agit d’une baisse de 60 000 $ depuis le début de juin, alors que le prix d’achat moyen était de 500 000 $.

Baisse du pourcentage de mise de fonds médian

En août, la mise de fonds moyenne a diminué, passant de 63 000 $ à 43 500 $, c’est-à-dire de 13% à 10% du prix d’achat.

Fait étonnant, en Alberta, le pourcentage de mise de fonds a diminué de moitié, passant de 20% à 10% en un mois seulement. C’était pourtant un marché qui enregistrait une augmentation des prix d’achat alors que dans d’autres régions, notamment Toronto et Québec, les prix étaient à la baisse. Cette diminution parle d’elle-même.

Selon les tendances observées relatives au marché d’acheteurs et ce que nos données révèlent, il devient évident que le pouvoir est en train de passer aux mains des acheteurs. Par conséquent, à mesure que les taux d’intérêt continueront d’augmenter, nous souhaitons qu’un équilibre puisse être atteint entre l’offre et la demande, ce qui créera un marché immobilier juste pour les acheteurs et les vendeurs.

Acheteurs prêts ou bien informés?

Bien que les données clés présentées ci-dessus soient très révélatrices, l’acheteur potentiel moyen ne semble pas au courant de ce marché en constante évolution.

Comment le savons-nous?  Dans le cadre de notre recherche, nous avons constaté qu’en août, ceux qui ne faisaient qu’observer le marché étaient plus nombreux et représentaient 65% des demandeurs chez nesto, alors que 35% étaient définitivement prêts à acheter. Il s’agit certainement d’un changement notable lorsque nous analysons et comparons la demande qui a dépassé l’offre il y a deux ans, en septembre 2020. Ces mêmes chiffres étaient alors inversés : 66% étaient prêts à acheter et 34% étaient simplement curieux.

Qu’est-ce que tout cela signifie? De toute évidence, le marché s’oriente lentement du côté des acheteurs. Alors que les taux d’intérêt sont élevés, le prix des maisons est à la baisse, ce qui en surprendra assurément plus d’un.

Source: Les affaires, Malik Yacoubi

https://www.lesaffaires.com/blogues/malik-yacoubi/place-au-marche-dacheteurs/636228

Par CLAIRE HERARD