Les rénovations et les choix décoratifs ne jouent pas toujours en sa faveur lors de la vente de sa demeure. Voici quelques «améliorations» qui laissent la plupart des acheteurs de marbre.

Le choix «le plus épouvantable» auquel Marie-Josée Leblanc a eu affaire dans sa carrière en valorisation immobilière («home staging») est celui d'une résidence où la chambre principale avait été aménagée au sous-sol, aux côtés d'une luxueuse salle de bain. Les pièces du rez-de-chaussée, elles, n'avaient pas été rénovées. Résultat: l'espace principal de la maison semblait défraîchi. Mauvaise impression garantie.

Par MAUDE GELINAS