C’est avec une effervescence sans précédent que s’est terminée l’année 2020 dans le marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement de Québec. Non seulement le volume de transactions n’a pas été affecté par la seconde vague de la pandémie de la COVID-19, mais il en plus atteint des sommets jamais égalés.

«Un nombre record de 900 ventes ont été enregistrées en décembre, surpassant largement le record atteint en 2019 pour la même période», a expliqué Charles Brant, directeur du Service de l’analyse du marché à l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ), par voie de communiqué. «À ce rythme effréné, les conditions de marché continuent de se resserrer rapidement en faveur des vendeurs entraînant du même coup des hausses de prix jamais vues depuis 10 ans, à l’exception des copropriétés.»

Les chiffres dévoilés par l’APCIQ sont éloquents. Des progressions records ont été enregistrées dans tous les secteurs du marché immobilier résidentiel en décembre 2020. Ainsi, 577 résidences unifamiliales ont été vendues contre 417 en décembre 2019, une hausse de 38 %. Deux cent trente et une copropriétés ont changé de mains contre 151 en décembre 2019, une hausse de 53 %. Finalement, 90 plex (immeubles de deux à cinq logements) ont trouvé preneurs contre 56 en décembre 2019, une hausse de 61 %. Toutes ces augmentations se sont soldées par une augmentation de 44 % des ventes en décembre 2020 (898 contre 627).

Ce marché en ébullition a aussi eu des conséquences sur le nombre d’inscriptions et du prix médian des résidences. Le nombre d’inscriptions en décembre 2020 était de 44 % inférieur à celui de décembre 2019 (4055 contre 7128), une neuvième chute mensuelle historique, et ce, malgré une augmentation de 11 % des nouvelles inscriptions (850 contre 764). En décembre 2020, il y avait sur le marché 54 % de moins d’unifamiliales sur le marché, 41 % de moins de plex et 25 % de moins de copropriétés. Quant au prix médian, il avait augmenté de 11 %. Celui des plex était de 367 500 $ (+ 25 %) et celui des unifamiliales de 283 000 $ (+ 11 %), de nouveaux sommets. Les copropriétés avaient cependant perdu 3 % de leur valeur, leur coût médian étant de 190 000 $.

De son côté, le délai moyen pour la vente des unifamiliales et des copropriétés avait connu des baisses appréciables en décembre 2020 si on le comparait en décembre 2019. Il avait diminué de 39 jours pour les unifamiliales (86 contre 125) et de 28 jours pour les copropriétés (143 contre 171). En revanche, le délai moyen pour vendre un plex avait augmenté de 17 jours (128 contre 111).

Au total, 10 651 propriétés avaient changé de mains dans la région métropolitaine de Québec en 2020, une hausse de 28 % par rapport à 2019 (8291). On notait des hausses dans le coût moyen des unifamiliales (4 %), celui des copropriétés (1 %) et des plex (8 %).

 

SOURCE: https://www.lesoleil.com/affaires/effervescence-sans-precedent-dans-le-marche-immobilier-residentiel-5cc451f6edcaf949f79c28cc85013dd8

Par CLAIRE HERARD