La mise en valeur résidentielle (home staging) fait partie de ce que les experts appellent le marketing sensoriel. Le but : vendre le plus rapidement possible au meilleur prix. Est-ce rentable ? Catherine Routier, spécialiste en marketing immobilier et propriétaire de La Boutik Urbaine, répond à cinq questions.

QUAND EST-CE LE PLUS EFFICACE ? 

Plusieurs raisons peuvent amener des vendeurs à recourir à la mise en valeur résidentielle. On peut penser à une maison qui est sur le marché depuis un certain temps et qui ne se vend pas, ou qui est vide. Les gens ont de la difficulté à s’imaginer les pièces aménagées. Il est possible de louer des meubles pour les combler en partie. D’ailleurs, une maison qu’on meuble se vend généralement rapidement. Un autre cas de figure : le parc à condos, où la concurrence est parfois forte. Il peut y avoir plusieurs unités à vendre au même moment. Il faut se démarquer. Les maisons s’achètent avec le cœur et tout est une question de séduction. En revanche, je ne suggère pas le « home staging » dans un secteur où la demande est grande.

QUE DOIT-ON PRIVILÉGIER ?

La peinture est un incontournable et assure le meilleur retour sur investissement. Les couleurs neutres sont préférables. Il y a aussi ce qu’on appelle le trio inséparable : l’espace plancher, la luminosité et l’ambiance générale. Le mot d’ordre : laisser voir le plancher pour donner une impression de grandeur dans chaque pièce. Si les gens commencent à se demander où ils vont bien pouvoir mettre leurs meubles, soyez certains qu’ils seront vite partis visiter la prochaine maison sur leur liste. Les acheteurs veulent aussi de la lumière. Les luminaires sont les rois de la mise en valeur d’une maison et ont un impact important. Pas besoin de dépenser des fortunes, les quincailleries vendent des modèles au goût du jour à prix raisonnable. Ensuite, on met le paquet avec l’ambiance générale. On crée un décor chaleureux et invitant avec de la décoration et des accessoires.

http://plus.lapresse.ca/screens/bc18c2cf-50e1-4b5d-8173-35f9a07a4e7f%7C_0.html

Par CLAIRE HERARD